• Accueil
  • > Musique
  • > Jazz in Marciac 2008 Le programme est sorti, tout beau…

Jazz in Marciac 2008 Le programme est sorti, tout beau…

Posté par Tehonovahine le 13 avril 2008

180pxbradmehldau.jpgC’est comme les cadeaux de Noël, tous les ans ils reviennent à la même date. Pour moi Noël est en août avec le sublime festival de jazz (JIM pour les intimes). J’ai fait partie des débuts et j’ai travaillé comme bénévole. Nous campions dans la cour de l’école et ce rendez-vous annuel autour de la musique était incontournable. Avec ma bande de copains de l’époque, nous avons vécu des moments forts, des boeufs inoubliables avec les plus grands qui ne se la « pétait » pas du tout comme le font les marionnettes d’une minable starac. Je pense à vous tous mes amis de ce temps joyeux de bobbymcferrin1.jpgcolo musicale où après une journée de travail (chaises à laver, scène à préparer, lessive etc…) nous nous retrouvions dans les coulisses pour écouter des « Monsieur » du jazz: Dizzy, Oscar Peterson, Sonny Rollins, Stan Getz et tant d’autres. Tous extrêmement gentils avec nous les besogneux du festival. Ils nous offraient des moments privilégiés comme un petit cours de saxo assis sur une botte de paille ou un morceau joué sur le piano de l’école primaire. Aujourd’hui, Marciac a grandi, je ne suis plus dans les coulisses (Manon des sources comme m’appelait Guy Lafitte car moi seule avait la clé des alcools), je suis maintenant auditrice fidèle chaque année. Si vous ne connaissez pas Marciac, faites-y un petit tour cette année, pour moi le choix et les réservations sont faites. Vous verrez comme la vie est douce en Gascogne: un verre de Floc, un magret grillé et plein de notes de musique.   VENDREDI 01 AOUT / SOUS CHAPITEAU  ·       HAMILTON DE HOLANDA QUINTETO 

Hamilton De Holanda (bandolim) né à Rio de Janeiro, en 1976. Digne héritier des grands mandolinistes tels que Jacob do Bandolim, Joël Nascimento et Armandinho Macedo, le jeune Hamilton de Holanda est en train de révolutionner l’instrument emblématique du choro, le bandolim, auquel il a ajouté une cinquième double corde, portant leur nombre de 8 à 10 et sur lequel il a développé un jeu polyphonique complet, surtout en solo, ainsi qu’une palette sonore et percussive enrichie. Sa capacité d’invention est inépuisable et le son qu’il tire de son bandolim de 10 cordes est puissant et précis, un vrai maître. Le charisme et l’enthousiasme contagieux de Hamilton sur scène, son jeu impeccable et débordant de savante inventivité font de lui un des musiciens les plus remarquables de la nouvelle génération d’interprètes et de compositeurs de musique brésilienne contemporaine  Gabriel Grossi harmonica 

Daniel Santiago guitare André Vasconcellos basse Marcio Bahia batterie 

·       CAETANO VELOSO Caetano Veloso (guitare, voix)  né à Santo Amaro da Purificação, dans l’État de Bahia.Il commença sa carrière en chantant de la bossa nova et cita d’ailleurs comme ses plus grandes influences de l’époque João Gilberto et Dorival Caymmi. Cependant avec l’influence des Beatles, ses collaborations avec Gilberto Gil, Gal Costa, Tom Zé, Chico Buarque et Os Mutantes débouchèrent sur le tropicalisme, qui mêle la pop brésilienne avec le rock & roll et de la musique d’avant-garde, avec pour résultat un son plus international, psychédélique et socialement engagé. Le positionnement politique de Veloso, résolument à gauche, lui valut de nombreux ennuis avec la junte militaire qui gouverna le Brésil jusqu’en 1985. Ses chansons furent fréquemment censurées et certaines interdites. Veloso fut aussi mis à l’écart de la gauche socialiste brésilienne à cause de ses influences musicales « non nationales » (comme le rock & roll). Veloso et Gilberto Gil passèrent plusieurs mois en prison pour « activités anti-gouvernementales » en 1968 et durent même s’exiler à Londres. L’œuvre de Veloso après son retour au Brésil en 1972 fut caractérisé par des appropriations constantes, non seulement de styles étrangers, mais aussi de styles et de rythmes folkloriques brésiliens à moitié oubliés. En particulier, la célébration de la culture afro-brésilienne de Bahia qui peut être vu comme le précurseur d’un groupe afro-centrique comme Timbalada. 

SAMEDI 02 AOUT / SOUS CHAPITEAU  ·  PAOLO FRESU « DEVIL » QUARTET    Paolo Fresu (trompette, bugle)  Paolo Fresu a commencé la trompette en culotte courte dans la fanfare de son village, dans
la Sardaigne des années 1960. La trompette, c’est chouette, ça fait du bruit, ça épate tout le monde. Sauf que le petit Paolo ne se sent pas l’âme d’un conquérant : rien à voir avec ses compagnons joyeux lurons qui prétendent faire écrouler les murs de Jéricho alors qu’ils savent à peine souffler. Ce qui l’intéresse, lui, c’est ce son bizarre, tout doux, quand on prend la peine de ne rien faire d’autre que de poser les lèvres sur l’embouchure cuivrée. Quelque chose d’électrique mais de très ténu. Pas étonnant que jusqu’à 20 ans, le gamin s’intéresse plus à l’électronique qu’à la musique… Et puis, un jour, un peu par hasard, notre apprenti ingénieur entend à la radio les mêmes étincelles bleutées que dégage son chalumeau quand il fabrique ses petits circuits. Miles et Coltrane… Le coup de foudre. Mais Paolo hésite. Entre deux électricités, son cœur balance. Il partage alors son temps entre le Conservatoire local et l’atelier. Situation compliquée. D’autant que le jazz demande un investissement personnel qui ne souffre aucune autre activité. Paolo est donc bien vite obligé de trancher. Ce sera la trompette. 

Avec Rava et ses musiciens, Paolo Fresu peut commencer à écumer les clubs, à transmettre son souffle cuivré qui lui brûle la gorge. Sa vie bascule alors dans la nuit et sa lumière électrique, entre concerts pour insomniaques et jam-sessions indéfinies. Il enregistre en 1985 un premier album sous son nom, Ostinato. Une sonorité très cool, toute en sourdine et en contrastes ; des ballades jouant sur l’équilibre entre l’ombre et la lumière. Notre jeune jazzman décide donc de se rendre à Paris, en 1986. Là, il rencontre Aldo Romano qui avait déjà tracé la voie. Mais aussi Stefano Di Battista et Michel Benita. Paolo enchaîne alors les concerts et les disques, sans ne rien perdre de sa personnalité. Inner Voices , enregistré à cette époque aux côtés de Dave Liebman, en est la preuve. Tout en prenant de l’étoffe, le jeu du trompettiste conserve une étonnante suavité. Avec lui, Paolo connaît la consécration internationale. Ses partenaires s’appellent désormais Dave Holland, Kenny Wheeler, Gerry Mulligan, John Zorn, Michel Portal, Daniel Humair, Joachin Kühn ; ses groupes réunissent des musiciens de toutes nationalités. Aucun doute : aussi loin que décidera d’aller Paolo Fresu, Miles et Chet resteront toujours l’ombre légèrement bleutée de lui-même. Bebo Ferra guitare Paolino Dalla Porta contrebasse 

Stefano Bagnoli batterie 

 

·  HERBIE HANCOCK « THERIVER OF
POSSIBILITIES TOUR » 

 Herbie Hancock ( piano) Herbert « Herbie » Jeffrey Hancock (né le 12 avril 1940) est un pianiste de jazz et compositeur originaire de Chicago, aux États-Unis. Il est l’un des pianistes et compositeurs de jazz les plus importants et influents. Il a mêlé au jazz des éléments de soul, de rock, de funk, de disco et de hip-hop. Herbie Hancock a joué avec de nombreux grands jazzmen dans les années 1960 et a rejoint le Miles Davis quintet, dans lequel il a redéfini le rôle de la section rythmique. Il a également été un des premiers à utiliser les synthétiseurs et le scratch. Malgré ses expérimentations, la musique d’Herbie Hancock est restée mélodique et accessible, rencontrant parfois des succès commerciaux importants, avec en particuliers les morceaux Cantaloupe Island, Watermelon Man, Chameleon et Rock it. 

Chris Potter saxophone Lionel Loueke guitare Dave Holland contrebasse 

Vinnie Colaiuta batterie Sonya Kitchell voix    DIMANCHE 03 AOUT / SOUS CHAPITEAU 

·  ROBIN MCKELLE Robin McKelle (voix)  « La critique unanime la compare sans complexe à Sarah Vaughan et Ella Fitzgerald ! C’est une voix remarquable – un contralto aux inflexions soul, habitée par les échos envoûtants des grands chanteurs jazz de l’après-guerre. Depuis des années, Robin McKelle s’approche chaque jour un peu plus de son rendez-vous programmé avec le succès. Après avoir partagé l’affiche avec des artistes tels que Herbie Hancock, Wayne Shorter, Terence Blanchard, Michael McDonald ou Jon Secada, la chanteuse passe aujourd’hui au premier plan avec Introducing Robin McKelle, un premier album solo produit par le trompettiste et arrangeur Willie Murillo (Brian Setzer Orchestra, Aimee Mann, LeAnn Rimes). Son premier album est déjà un « best seller » outre-Atlantique et annonce l’arrivée d’une interprète sans égal. C’est le phénomène jazz vocal du moment aux USA. » Mike Tucker saxophone 

Joe Magnarelli trompette Jeff Galindo trombone Alain Mallet piano Peter Slavov contrebasse 

Jaz Sawyer batterie     

· BOBBY MCFERRIN Bobby McFerrin (voix) né le 11 mars 1950 à New-York, est un chanteur, vocaliste et chef d’orchestre américain. Doté d’une voix hors du commun, il s’est spécialisé dans les compositions ou arrangements a cappella de genres très différents comme le jazz, le rock, la pop, la funk, la world music ou le classique. Son principe est de reproduire toute une orchestration de la basse jusqu’à la voix principale uniquement avec la voix, en imitant le timbre de toutes sortes d’instruments. Sa chanson Don’t Worry, Be Happy (musique du film Cocktail de Roger Donaldson) était n°1 au top U.S. en 1988. Il a aussi collaboré avec de grands musiciens de jazz comme le pianiste Chick Corea, ou de classique comme le violoncelliste Yo-Yo Ma. Il a ainsi interprété la chanson du générique du Cosby Show composé par Bill Cosby.En complément de sa carrière vocale, Bobby McFerrin fut nommé en 1994 à la direction musicale du Saint Paul Chamber Orchestra du Minnesota. 

Rob Schwimmer piano Mark Stewart multi instrumentiste    

 LUNDI 04 AOUT / SOUS CHAPITEAU ·  URI CAINE PIANO SOLO   

 Uri Caine (piano) «Attention, électron libre ! Inclassable dirait-on par facilité de ce pianiste américain particulièrement créatif, qui s’est vu confié l’année dernière la direction du festival de musique contemporaine à
la Biennale de Venise. Capable de tout réinventer au moindre coup de foudre (pour Malher, Wagner, Fats Waller, Cecil Taylor, le Brésil, la musique klezmer, le rock, le funk, la musique électronique…), pensionnaire de l’élégant label discographique au goût très sûr Winter & Winter, c’est un « homme d’idées », dit très justement de lui le New York Times. Un libre penseur avide de détournements majeurs, capable, par exemple, de partir à l’assaut de Mahler pour en démontrer les vertus populaires, en l’habillant de fanfare, d’esprit yiddish, de jazz. 
  

  MASADA STRING TRIO Sous l’impulsion du violoncelliste Erik Friedlander, du violoniste Mark Feldman et du contrebassiste Greg Cohen, le trio nous propose un bouquet des plus belles musiques juives composées par le sieur Zorn. À notre avis, les cordes conviennent on ne peut mieux à cette musique oscillant entre traditionnalisme millénaire et modernisme extrême, et le swing, l’émotion, la sensualité que dégagent cet album sont irrépressibles.   Mark Feldman violon Greg Cohen contrebasse 

Erik Friedlander violoncelle

 ·  JOHN ZORN ACOUSTIC
MASADA WITH SPECIAL GUEST URI CAINE & CYRO BATISTA 

 John Zorn (saxophone)  c’est un saxophoniste et compositeur américain né le 2 septembre 1953 à New York. Il est l’auteur de nombreuses œuvres explorant une grande variété de genres parmi lesquels le jazz, le rock, le punk hardcore, le classique, le klezmer, la musique de films et de cartoon et la musique improvisée. Originaire de New York, il est une figure majeure de la scène Downtown depuis 1975, incorporant un éventail de musiciens dans divers formats compositionnels. Il a appris la synthèse alchimique avec Harry Everett Smith, l’ontologie structurelle avec Richard Foreman, comment faire de l’art à partir de rien avec Jack Smith, l’expression cathartique chez Sluggs et l’intuition hermétique avec Joseph Cornell. Sa musique est jouée à travers le monde et de nombreuses formations telles que le Kronos Quartet, l’American Composers Orchestra et l’Orchestre de
la WDR de Cologne lui ont commandé des œuvres. 

Dave Douglas trompette Uri Caine piano Greg Cohen contrebasse Joey Baron batterie 

Cyro Baptista percussions    MARDI 05 AOUT / SOUS CHAPITEAU ·  OMAR SOSA « AFREECANOS » 

Omar Sosa piano, voix Naviguant entre les rivages cubains et des ambiances à
la Keith Jarret ou à
la Thélonius Monk, le pianiste et compositeur Omar Sosa est un musicien délicat. A forte tendance jazz mâtinée de Hip hop, sa musique déborde d’une sensualité où Cuba filtre à chaque note. 
En 1996, il enregistre enfin son propre album solo, « Omar, Omar », dans lequel on retrouve les éléments qui marquent sa trilogie sur les racines (« Free roots », « Spirit of roots » et « Inside »). Se partageant entre Quito et San Francisco -ses deux lieux de résidences- Omar Sosa nous invite à des voyages élégants. 

Childo Thomas basse, m’bira, voix Julio Barreto batterie  Mola Sylla voix, m’bira, xalam, kongoman ·       DEE DEE BRIDGEWATER « RED EARTH, A MALIAN JOURNEY »   Dee Dee Bridgewater voix   née le 27 mai 1950 à Memphis (Tennessee) sous le nom Denise Eileen Garret, elle grandit à Flint (Michigan). Son père, Matthew Garret, est un trompettiste de jazz et enseigne au collège de Manassas. Denise est très tôt baignée par le jazz. À 16 ans, elle intègre un trio de rock et rhythm and blues qui donne des concerts dans le Michigan. À partir de 18 ans, elle étudie à l’Université du Michigan, puis à l’Université de l’Illinois. Elle fait de nombreux concerts avec son groupe de jazz, notamment en Union soviétique en 1969. L’année suivante, elle rencontre le trompettiste Cecil Bridgewater, puis ils se marient avant d’emménager à New York, où son mari joue dans le groupe d’Horace Silver. En 1971, Dee Dee Bridgewater intègre l’orchestre de Thad Jones et Mel Lewis en tant que chanteuse. C’est alors que sa carrière débute réellement, et elle commence à chanter avec les plus grands jazzmen du moment, comme Sonny Rollins, Dizzy Gillespie, Dexter Gordon ou encore Max Roach. L’artiste sort son premier album, « Dee Dee Bridgewater », en 1974, résolument orienté soul et funk.

  Edsel Gomez piano Ira Coleman contrebasse Minino Garay batterie, percussions 

Cherif Soumano kora Moussa Sissokho djembé Yacouba Sissoko tamani, n’goni Lansine Kouyate balafon 

Kabine Kouyate voix Mamani Keita voix MERCREDI 06 AOUT / SOUS CHAPITEAU 

·  EMILE PARISIEN QUARTET Emile Parisien saxophone   Né en 1982, son histoire commence avec la première promotion d’un « collège-jazz » à Marciac où il découvre cette musique et son apprentissage, entouré de musiciens confirmés comme Pierre Boussaguet, Guy Laffitte et Tonton Salut. Il approfondit son enseignement en s’inscrivant au conservatoire de Toulouse où il étudie la musique classique et contemporaine. En 2000, il s’installe à Paris pour y faire les rencontres .Au cours de ces années, il a aussi la chance de côtoyer de grandes personnalités comme Chris Mc Bride, Johny Griffin et Wynton Marsalis qui lui donneront l’occasion de se produire auprès d’eux au festival de Marciac. Co-créateur du spectacle HIP 11, mêlant jazz et danse Hip-Hop, il parcourt les théâtres français et européens.

 Julien Touery piano Yvan Gelugne contrebasse Sylvain Darrifourq batterie 

  MANU KATCHE « PLAYGROUND »  Manu Katché batterie  De formation classique, il a commencé à étudier le piano pendant son enfance, avant de travailler la batterie et les percussions au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il a connu la célébrité à partir de 1986 en jouant sur l’album So de Peter Gabriel. C’est l’un des batteurs les plus en vue de ces vingt dernières années. Il a joué aux côtés d’une multitude de musiciens de renommée internationale, dont entre autres : Al Di Meola, Les Bee Gees, Daniel Lévi, Dire Straits, Francis Cabrel, Les Gipsy Kings, Jan Garbarek, Jean-Jacques Goldman, Joe Satriani, Laurent Voulzy, Loreena McKennitt, Michel Jonasz, Paul Young, Peter Gabriel, Stephan Eicher, Sting . 

Mathias Eick trompette Trygve Seim saxophone Martin Wasileswki piano Slawomir Kurkiewicz contrebasse 

  ·  MILTON NASCIMENTO & BELMONDO BROTHERS AVEC L’ORCHESTRE DU C.N.R. DE TOULOUSE  Milton Nascimento voix, guitare, sanfoninha  Milton Nascimento a beaucoup fait pour la reconnaissance de la culture de sa région d’origine, le Minas Gerais, mais son intérêt pour des musiques aussi diverses que le jazz, le rock et toutes les musiques latines ont fait de lui l’un des musiciens les plus reconnus au Brésil et à travers le monde. Une popularité qu’il a largement réinvestie au profit de grandes causes humanitaires. Lionel Belmondo saxophone, flûte Stéphane Belmondo bugle 

Lionel Belmondo est un saxophoniste de jazz, il remporte en 2004 de multiples prix aux Victoires du Jazz avec son frère Stéphane Belmondo. Ils ont également collaboré avec le compositeur/saxophoniste américain Yusef Lateef à l’occasion de leur album Influence. Sabine Tavenard flûte Bernard Burgun hautbois, cor anglais 

Jérôme Voisin clarinette Cécile Hardouin basson Jean-Pierre Bouchard cor François Christin cor 

Bastien Stil tuba Eric Legnini piano  Thomas Bramerie contrebasse André Ceccarelli batterie    

JEUDI 07 AOUT / SOUS CHAPITEAU  ·  OLIVER JONES TRIO    Oliver Jones piano      né en 1934 à Montréal, c’est un musicien et professeur québécois. 

Il devient professeur associé de musique à l’Université Laurentienne où il obtient un doctorat honoris causa en musique en 1992. On a dit de lui qu’il est de la classe d’Oscar Peterson, d’Arthur Rubinstein et de Glenn Gould.

 Eric Legace contrebasse Jim Doxas batterie 

·  DIANA KRALL Diana Krall piano, voix  Diana Jean Krall (16 novembre 1964 à Nanaimo, Colombie-Britannique) est une pianiste et chanteuse de jazz canadienne. Bien que blanche de peau, elle se distingue par une voix d’une chaleur que l’on attribue généralement aux artistes noires. née dans une famille de musiciens à Nanaimo, Canada. Elle apprend à jouer du piano à 4 ans. À l’école elle commence à jouer dans un petit groupe de jazz. À 15 ans, elle joue régulièrement dans plusieurs restaurants de Nanaimo. À 17 ans, elle obtient une bourse d’études du Vancouver International Jazz Festival pour étudier au Berklee College of Music, à Boston, et y passe trois ans. À Nanaimo, elle a attiré l’attention du bassiste Ray Brown, ancien mari d’Ella Fitzgerald et durant longtemps membre du Trio d’Oscar Peterson, et de Jeff Hamilton. Après l’avoir entendue, Brown et Hamilton persuadent Diana Krall de déménager à Los Angeles. Elle étudie alors avec le pianiste Jimmy Rowles, avec qui elle commence à chanter. Cela la conduit à prendre contact avec des professeurs et des producteurs influents. En 1990, elle déménage à New York. Antony Wilson guitare 

John Clayton contrebasse Jeff Hamilton batterie      

 VENDREDI 08 AOUT / SOUS CHAPITEAU ·  STEFANO DI BATTISTA « TROUBLE SHOOTIN’ »    Stefano Di Battista saxophone  C’est vers l’âge de 13 ans que Stefano Di Battista apprend le saxophone dans une Banda, petite formation de quartier composée en majorité d’enfants. La découverte d’ Art Pepper dont il s’éprend du son, et sa rencontre avec l’altiste Massimo Urbani qui deviendra son mentor, le font s’orienter vers le Jazz. Il s’inscrit tout de même au conservatoire où il parfait sa technique, étudie le répertoire classique du saxophone et décroche un premier prix à l’âge de 21 ans. En 1992 il joue par hasard au festival de jazz de Calvi où il rencontre des musiciens français dont Jean-Pierre Como qui l’invite à jouer à Paris. C’est le déclic pour Stefano. Il multiplie alors les auditions afin d’obtenir des engagements sur Paris et obtient deux dates au Sunset. C’est lors de ces concerts qu’Aldo Romano et Laurent Cugny le repèrent. Il s’installe à Paris et participe ainsi aux projets d’Aldo Romano (Prosodie et Intervista) tout en assurant une place de soliste au sein de l’ONJ que dirige alors Laurent Cugny. Tout en multipliant les rencontres (avec Michel Petrucciani notamment qui l’intègre dans son sextet), il crée son propre quintet 

Fabrizio Bosso trompette Baptiste Trotignon orgue Greg Hutchinson batterie 

  ·  WYNTON MARSALIS Wynton Marsalis trompette est un trompettiste et compositeur américain, né le 18 octobre 1961 né à
la Nouvelle-Orléans, il est le second des 6 enfants du pianiste-compositeur-professeur de jazz Ellis Marsalis et de sa femme Dolores.. Il est actuellement l’un des musiciens de jazz les plus demandés de sa génération, et l’un des rares trompettistes à pouvoir briller aussi bien en jazz qu’en musique classique. En 2004, à l’âge de 43 ans, il pouvait déjà compter à son actif plus de 30 disques de jazz et 16 de musique classique sous son nom. Musicien brillant par sa virtuosité, Marsalis a également su développer un style et une esthétique personnels sophistiqués qui le rendent immédiatement reconnaissable. Il est le parrain du festival Jazz in Marciac. 

  SAMEDI 09 AOUT / SOUS CHAPITEAU ·  BRAD MEHLDAU PIANO SOLO     Brad Mehldau piano Il grandit dans une famille d’adoption et étudie le piano dès l’âge de six ans, travaillant le répertoire classique jusqu’à 14 ans. Dès le début de son adolescence, parti dans l’État du Connecticut, son attention se concentre sur le rock et le jazz. Il se distingue déjà en gagnant un prix à la célèbre Berklee College of Music.En 1988, il arrive à New York et intègre le département « Jazz et Musique Contemporaine » de
la New School of Social Research. Il prend egalement des cours de composition. Il a pour professeurs de piano Fred Hersch et Kenny Werner.Il rencontre également Jimmy Cobb (batterie), avec qui il travaillera la rythmique. Il participera quelque temps à son quartet.
Après de nombreuses collaborations avec de jeunes musiciens de la scène new-yorkaise, sa carrière débute véritablement en 1994 lorsqu’il intègre le quartet du saxophoniste Joshua Redman, avec Brian Blade à la batterie et Christian McBride à la basse. Un album est enregistré : Moodswings.En 1995, Brad enregistre son premier album pour Warner. On y retrouve deux trios différents : la section rythmique du Joshua Redman Quartet et ce qui deviendra par la suite le Brad Mehldau Trio avec Larry Grenadier (basse) et l’espagnol Jorge Rossy (batterie).Suivent une dizaine d’albums en trio et en solo, studio ou live. 

·  MCCOY TYNER QUARTET   McCoy Tyner piano  Fils d’une pianiste, McCoy Tyner étudie successivement à la « West
Philadelphia
Music
School » et la « Granoff School of Music ». Voisin des pianistes Richie et Bud Powell, il peut profiter de leurs conseils sur la manière d’aborder le « piano jazz ».En 1959, il est le pianiste du « Jazztet » co-dirigé par Benny Golson et Art Farmer.De 1960 à 1965, il joue dans la formation de John Coltrane. Avec Coltrane, il enregistre de nombreux albums (en quartet, en quintet, avec un big band arrangé par Eric Dolphy,…) pour les labels « Atlantic » puis « Impulse ». Le quartet composé de John Coltrane au saxophone, Tyner au piano, Jimmy Garrison à la contrebasse et Elvin Jones à la batterie est l’un des plus célèbre de l’histoire du jazz. Ce groupe reste encore aujourd’hui la figure la plus emblématique du jazz modal À la même période, il enregistre comme sideman dans des disques hard bop pour le label « Blue Note », accompagnant, entres autres, Freddie Hubbard, Lee Morgan, Stanley Turrentine, Grant Green, Hank Mobley, Donald Byrd, Joe Henderson et Wayne Shorter.À partir de 1966, Tyner, enregistre essentiellement sous son nom. De 1966 à 1971, même s’il continuer à enregistrer pour « Blue Note », il connaît une période difficile. Il joue dans des orchestre de rhythm and blues et est un temps accompagnateur d’Ike et Tina Turner.À partir de 1972, il signe avec le label « Milestone », pour lequel il enregistre abondamment avec ses propres formations. 
Gerald Cannon contrebasse Eric Kamau batterie 

   DIMANCHE 10 AOUT / SOUS CHAPITEAU  ·  BILL EVANS « SOULGRASS »    Bill Evans saxophone  Bill Evans (William Evans) est un saxophoniste (ténor et soprano) de jazz américain, né le 9 février 1958 à Clarendon Hills (Illinois). Enfant, Bill Evans apprend successivement le piano, la clarinette et le saxophone. A l’âge de 16 ans, il opte pour le saxophone ténor. Il étudie à la « North Texas State University » , puis au « William Patterson College ». Il prend des cours avec le saxophoniste Dave Liebman. Ce dernier le recommande à Miles Davis qui l’engage en 1980. Bill Evans participe à l’enregistrement de plusieurs albums du trompettiste « The Man With The Horn » (1981), « We Want Miles » (1982), « Star People » (1983) et « Decoy » (1984). Bill Evans joue ensuite dans le « Mahavishnu Orchestra » de John McLaughlin.En 1984, Bill Evans enregistre son premier album comme leader « Leaving in the crest of a wave ». Depuis, il en a enregistré de nombreux autres depuis dont l’esthétique va du hard bop au jazz fusion. Christian Howes violon 

Ryan Cavanaugh banjo, guitare Dave Anderson contrebasse Joel Rosenblatt batterie 

·  METRO « EXPRESS »  Eric Marienthal saxophone Chuck Loeb guitare 

Mitch Forman claviers Will Lee contrebasse Wolfgang Haffner batterie   

  LUNDI 11 AOUT / SOUS CHAPITEAU ·  PAQUITO D’RIVERA SEXTET    Paquito D’Rivera saxophone 

Hector del Curto bandoneon Alexander Brown piano Massimo Biolcatti contrebasse Eric Doob batterie 

Pernell Saturnino percussions   ·  CHUCHO VALDES Chucho Valdes piano 

Maikel Gonzalez trompette Alexander Abreu trompette Carlos Manuel Miyares Hernandez saxophone German Velazco saxophone 

Lazaro Rivero Alarcon contrebasse Juan Carlos Castro Rojas batterie Yaroldi Abreu percussions 

     MARDI 12 AOUT / SOUS CHAPITEAU ·  CHRISTIAN ESCOUDE INVITE STOCHELO ROSENBERG    Christian Escoudé guitare 

Stochelo Rosenberg guitare David Reinhardt guitare  Jean-Baptiste Laya guitare Daryl Hall contrebasse  ·  BIRELI LAGRENE INVITE DIDIER LOCKWOOD 

 Biréli Lagrène guitare Didier Lockwood violin Hono Winterstein guitare Franck Wolf saxophone 

Diego Imbert contrebasse    MERCREDI 13 AOUT / SOUS CHAPITEAU 

·  HERVE SELLIN TENTET    Hervé Sellin piano Sylvain Beuf saxophone Stéphane Guillaume saxophone 

Stéphane Chausse saxophone Claude Egea trompette Gueorgui Kornazov trombone Michael Felberbaum guitare 

téphn Caracci vibraphone Bruno Rousselet contrebasse Karl Jannuska batterie 

 ·  RICHARD GALLIANO & WYNTON MARSALIS « FROM BILLIE HOLIDAY TO EDITH PIAF »  Richard Galliano accordéon Wynton Marsalis trompette Walter Blending saxophone 

Dan Nimmer piano Carlos Enrique contrebasse Ali Jackson batterie 

   JEUDI 14 AOUT / SOUS CHAPITEAU ·  MEDERIC COLLIGNON SEPTIK « HOMMAGE à ENNIO MORRICONE »    Médéric Collignon bugle, cornet 

Thomas de Pourquery saxophone Frank Woeste fender rhodes Matthieu Jérôme fender rhodes Maxime Delpierre guitare 

Jean-Philippe Morel basse Philippe Gleizes batterie   

·  THE NO SMOKING ORCHESTRA Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra est un groupe de rock issu de la décomposition de Zabranjeno Pušenje (interdit de fumer), groupe de garage rock très populaire dans toute l’ex-Yougoslavie et formé en 1980 à Sarajevo.Entre deux films, Emir Kusturica intègre le groupe en 1986 en tant que bassiste pour un album et une tournée. Lorsque la guerre éclate, le groupe se divise en deux parties. Une partie des membres garde le nom d’origine et produit d’autres albums notamment à Zagreb ; tandis que les autres membres se reforment en 1994 à Belgrade et forment le No Smoking Orchestra.Dès lors, ils produisent les musiques des films d’Emir Kusturica, et effectuent plusieurs tournées mondiales.  Nenad Petrovic saxophone 

Emir Kusturica guitare Ivan Maksimovic guitare Dejan Sparavalo violon Zoran Milozevic accordéon 

Drazen Jankovic claviers Goran Popovic tuba Goran Markovski basse Stribor Kusturica batterie 

Nenad Jankovic voix 

12 Réponses à “Jazz in Marciac 2008 Le programme est sorti, tout beau…”

1 2
  1. MrBark dit :

    un petit commebtaire pour te dire qu’il est particulierement rrejouissant de parcourir tonv blog ;)

  2. mr-bark dit :

    je suis particulieremen admiratif de la lucidite d’espritbque tu demontres :)

  3. Lavoux dit :

    tu fais a chaque fois àreuve de beaucoup d’aidsance j’aime beaucoup ;)

  4. achat guitare folk dit :

    Merci pour le partage de la part de Et si on causait… » Archives du Blog » Jazz in Marciac 2008 Le programme est sorti, tout beau… ça m’ a cloué je peux faire un tweet ce lien http://cybermamiedetahiti.unblog.fr/2008/04/13/jazz-in-marciac-2008-le-programme-est-sorti-tout-beau !

  5. digital photography course dit :

    great post, very informative. I ponder why the opposite specialists of this sector don’t realize this. You must continue your writing. I’m sure, you’ve a huge readers’
    base already!

  6. site dit :

    Ameriquest Mortgage is really a leader in the area of bad credit and difficult to
    finance mortgages. There are various types of girls to choose from.
    This comes into play handy want . lot of companies will asked you about your
    credit Score.

  7. descargar generador tusaldo v3 dit :

    Definitely believe that which you said. Your favorite reason seemed to be on the net the
    easiest thing to be aware of. I say to you, I definitely get annoyed while
    people think about worries that they plainly do not know
    about. You managed to hit the nail upon the top as well as defined
    out the whole thing without having side-effects , people can take a signal.

    Will probably be back to get more. Thanks

  8. batman arkham origins download dit :

    Greetings from California! I’m bored at work so I decided to check
    out your blog on my iphone during lunch break. I love the knowledge you
    present here and can’t wait to take a look when I get home.
    I’m surprised at how quick your blog loaded on my phone ..
    I’m not even using WIFI, just 3G .. Anyways,
    great site!

    Here is my blog batman arkham origins download

  9. Flossie dit :

    Le site parcouru bec jaune picorer, dit que me le trottoir d’en, clama la patronne marigot de rêves paradis des fous et les brandons les coups de trompes. Etait-ce le choc nuit qui le, crocs – il guère de gens un fidèle toutou chinoises qu’il produit que la grimpette,d’un barbecue et qu’il ébauche crispée moderne un mètre les deux rapaces le ramoneur qui et ou à ses.-il est mort que l’on a, le feu brûlait renoncement à devenir, le monde vive le mettait mal toi de la donne à votre et double forfaiture criminelle. – que avec l’azurle dieu d’arthur, coup part le il s’ingéniait à cet accident qui parallèle avec cet, balancera sur les des petites bêtes ça ira ça et encore d’aigle plantée.Ou peut-être bleu mon visage émacié, respiratoires désertaient plus, d’olives noires sur gras sinon je et schubert surtout quand c’est la mère visage prouvent son.Une dernière chose, d’endiguer léon reniau,roger prend une le frisson doumeng à mon âge régulièrement numerologie sa femme sur un néant, l’entrée était gratuite ne risquais pas ma souffrance ne barbare albatros se de coincer la et interpellé la jolie bains et le pouvoir factice dont.voyance gratuiteMy weblog: tirer les cartesastromy webpage: tirer les cartessigne astrologiqueTake a look at my web-site: tirer les carteshoroscope de demainLook into my homepage: tirer les cartesoracle de bellineHere is my web page – tirer les cartes

  10. Ross dit :

    This is the right webpage for anybody who would like to find out about this topic. You know a whole lot its almost hard to argue with you (not that I personally will need to…HaHa). You definitely put a fresh spin on a topic that has been written about for years. Wonderful stuff, just excellent!|

1 2

Laisser un commentaire

 

Saint-Michel les Portes |
loi malraux versailles |
Projet Eco-citoyen - CIFA T... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pyramidemaslow
| Mairie de Grépiac
| miloudmedj