LA COSMETIQUE BIO CE N’EST PLUS DU TOC

Posté par Tehonovahine le 9 janvier 2010

bio.jpgJ’ai lu dans Marianne un article très intéressant sur les produits de beauté dits bio… 

Dans un secteur pourtant en perte de vitesse, les produits de beauté estampillés développement durable ne connaissent pas (encore) la crise et séduisent de plus en plus les Français. Kibio, une marque née il y a seulement trois ans, a triplé son chiffre d’affaires en 2008, dépassant la barre des 5 millions d’euros. Certes, la cosmétique bio reste une niche, avec seulement 2,5 % de part de marché, mais elle enregistre une croissance fulgurante, entre 25 et 30 % par an, et les petites marques poussent plus vite que la vigne vierge. Une progression dont les grands noms de la beauté veulent  à présent profiter. Ils développent leurs propres gammes vertes (à l’instar de Biguine, Marionnaud, Sephora…), en prenant part au capital de marques existantes (Clarins a investi dans Kibio, L’Occitane dans Melvita) ou en rachetant des laboratoires (L Oréal a repris Sanoflore).

Lire la suite… »

Publié dans Ecologie | 1 Commentaire »

Les cadres des partis de gauche écrasent les militants.

Posté par Tehonovahine le 6 janvier 2010

dmocratie.jpgJe suis lasse de lire ici et là, les positions prises par les cadres du PS. Je suis militante de base et suis « fiu » comme on dit ici en Polynésie de ne pas être écoutée et de voir nos « dirigeants » se comporter comme des chefs de bande. Je croyais tant à la démocratie….. Un exemple de mes lectures parmi d’autres, l’auteur de cet article dont j’ai oublié le nom, a écrit ce que j’aurais aimé écrire :

«  Ce matin, Vincent Peillon était l’invité de France Inter. Jusque là, rien que de très habituel. Il venait simplement essayer de se sortir de son conflit avec Ségolène Royal. En clair, comme le pense beaucoup de Français, je me fichais totalement de ce sujet : il y a bien d’autres sujets importants en ce moment dans l’actualité. Or, dans la seconde partie de l’émission, Peillon rappelait qu’il avait été élu à l’intérieur du parti par les militants et que le PS était un parti démocratique. 

Et là, aux alentours de la 13e minute, une auditrice, se prénommant Yvette, fit une intervention pour dire sa déception face au courant « Espoir à gauche », et en particulier face à la représentativité des militants en son sein. Elle affirma n’avoir jamais voté que pour son premier fédéral. Ne connaissant pas l’organisation interne du PS, je ne peux savoir moi-même si elle disait vrai ou pas. Elle se désola ensuite du consensus chez les cadres du parti sur l’oubli de la manipulation des votes du Congrès de Reims. 

Cependant, ce n’est pas mon sujet, mais la réponse de Vincent Peillon. Celui-ci affirma à l’auditrice que c’est elle qui était le symbole de l’effondrement moral du PS, en venant se plaindre à la radio de ce type de choses. J’étais éberlué. En effet, si tu diriges un parti démocratique, c’est que tu estimes que les militants de base sont importants. Il en est de même dans un syndicaliste ou un responsable associatif : le militant est à la base de tout. Sans lui, on n’existe pas. 

Or, c’est avec un mépris profond que le cadre l’écrasa de sa superbe. Ce type de comportement est à l’opposé de ma vision du politique. Pour moi, lorsqu’une personne qui a pris la peine de verser une cotisation et de s’engager suffisamment pour être dans un courant s’exprime publiquement, on lui répond poliment et avec respect, même si c’est pour lui expliquer qu’elle dit n’importe quoi. Il est vraiment dommage que des dirigeants de gauche aient ce type de réaction. 

J’espère que nos dirigeants politiques vont être capables de changer un peu. Si c’est pour faire du Sarkozy de gauche, ce n’est pas vraiment la peine, on est déjà servi…  »

Publié dans Politique | 1 Commentaire »

CHRONIQUE TARDIGRADES

Posté par Tehonovahine le 4 janvier 2010

J’ai écouté ce matin, comme tous les dimanches d’ailleurs, l’excellente émission de France inter « Kriss crumble « . La chronique d’Elisabeth Lerminier était intitulée «  CHRONIQUE TARDIGRADES », cela m’a intriguée alors j’ai tendu l’oreille: 

tardigrades.bmp« Quand j’ai reçu le dernier numéro de la Salamandre, la revue suisse des curieux de nature, j’ai d’abord cru à une blague ! A la « une », une espèce de bestiole, au look extra terrestre, baptisée « Tardigrade ». Ca ne fait pas sérieux… Et bien pourtant, il y en a sans doute à moins de 10 mètres de chacun de nous ! Et ce n’est pas un insecte, ni une vulgaire bactérie… Non, il s’agit d’un vrai animal, avec un cerveau, des muscles, 4 paires de pattes, des griffes… genre hippopotame miniature. Le tardigrade est tout petit, petit et c’est pour çà qu’on ne le connait pas bien… Genre ½ mm environ. 10 000 fois plus petit que nous.Vous avez du mal à croire à mon histoire de tardigrade… vous avez… tort ! 

1/ la Salamandre est une revue tout à fait sérieuse. 

2/ On n’est pas le 1er avril. 

3/ Une foule de travaux scientifiques attestent de l’existence des tardigrades, même si certains mystères demeurent… 

Sur le site de la Salamandre, on peut découvrir d’incroyables vidéos et  photos: http://www.salamandre.net/

Mais j’ai cherché à en savoir un peu plus sur cette drôle de petite bête.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Tardigrada 

Les tardigrades ou oursons d’eau (de l’allemand kleiner Wasserbär) sont de 

minuscules animaux multicellulaires. Ils forment un embranchement zoologique à part entière : le phylum tardigrada très proche des arthropodes. L’ourson d’eau est décrit en premier par Johann August Ephraim Goeze en 1773, le nom tardigrade qui signifie « marcheur lent » est donné par Lazzaro Spallanzani en 1777. 

Les tardigrades ont un corps segmenté en quatre, protégé par une cuticule, et sont dotés de huit petites pattes terminées chacune par des griffes. 

Les tardigrades vivent un peu partout sur la planète mais se trouvent en plus grand nombre dans les zones où on trouve de la mousse (comme les forêts et la toundra) car elle constitue, avec le lichen, leur aliment de prédilection. On en retrouve du haut de l’Himalaya (à plus de 6 000 m d’altitude) jusque dans les eaux profondes (par 4 000 m de fond) et des régions polaires à l’équateur. Ils sont présents dans le sable, les mousses des toitures humides, sur des sédiments salins ou d’eau douce, où ils peuvent être très nombreux (jusqu’à 25 000 par litre). 

Les plus grands (adultes) peuvent atteindre une longueur de 1,5 mm, le plus petit en dessous de 0,1 mm. Les larves fraîchement pondues peuvent être plus petites que 0,05 mm. Les femelles peuvent pondre de une à trente larves à la fois. 

Durée de vie : elle est de quelques mois seulement. Cependant les tardigrades sont capables de rentrer en cryptobiose, ce qui leur permet de survivre très longtemps. 

Extrême résistance : les tardigrades ont une très forte résistance aux radiations (Rayons X) – plus de 1 100 fois ce que l’homme peut endurer – et aux produits toxiques. Les mécanismes de protection, détaillés plus bas, leur permettent de survivre dans d’autres conditions extrêmes comme le vide presqu’absolu, mais aussi dans de hautes pressions ou dans un froid extrême (plusieurs jours à -272,8 °C, -458 °F) ou dans de hautes chaleurs (quelques minutes à 150 °C, 302 °F). 

Cryptobiose : les tardigrades ont la faculté d’entrer dans un état proche de la non-vie, durant lequel l’activité vitale devient presque indécelable en s’abaissant à 0,01 % de la normale. Le record en laboratoire est actuellement de 8 ans dans un état de cryptobiose après lesquels les tardigrades sont revenus à la vie. Pour entrer en cryptobiose, les tardigrades rétractent leurs huit pattes et déshydratent presque complètement leur organisme (perte de plus de 99% de leur eau), remplaçant l’eau à l’intérieur de leurs cellules par un sucre qu’ils synthétisent. Ce sucre se comporte comme une sorte d’antigel et préserve les structures cellulaires. Pour compléter la protection, ils se protègent dans une petite boule de cire microscopique appelée tonnelet. Lors du retour à des conditions dites « normales », l’ourson des eaux redevient actif en une durée qui va de quelques minutes à quelques heures. 

 

 

Publié dans Nature | Pas de Commentaire »

Francofolies: le rappeur et ses contempteurs

Posté par Tehonovahine le 15 juillet 2009

orelsan.jpgJ’ai lu cet article dans Médiapart sous la plume de Antoine Perraud. Une polèmique est née: ce rappeur a-t-il le droit de s’exprimer? oui bien sûr mais peut-il tout dire? Ces propos sur la femme sont violents, peut-on le permettre? L’UMP en profite pour tirer à boulets rouges sur Ségolène Royal…je me demande bien pourquoi?

On n’est jamais à l’abri d’une régression. Souvenons-nous: en 1973, ministre des affaires culturelles dans le deuxième gouvernement Messmer («Messmer II», persifle-t-on à l’époque), Maurice Druon déclarait à la tribune de l’Assemblée nationale, à propos de certains directeurs de théâtres publics ayant oublié que Mai 68 était loin derrière eux: «Les gens qui viennent à la porte de ce ministère avec une sébile dans une main et un cocktail Molotov dans l’autre devront choisir.»

À la fin de sa vie, «le dernier cavalier de l’Académie», comme il se plaisait à se définir, revenait volontiers sur cette expression qui lui fut reprochée mais qu’il revendiquait haut et fort: «Ce beau nom d’ »affaires culturelles », que je fus le dernier à porter, cachait un ministère dirigé avant moi par des hommes affaiblis par la maladie: André Malraux, Edmond Michelet, Jacques Duhamel. Georges Pompidou m’avait recommandé de reprendre les choses en main. Ce que je fis, notamment avec ce discours, dont la mouture avait été présentée au président de la République, qui me l’avait retournée avec en marge, à propos de l’expression qui devait faire florès, ces simples mots: « Très bien »…»

Lire la suite… »

Publié dans Dans la presse | 2 Commentaires »

Le bio est-il réservé aux riches ?

Posté par Tehonovahine le 23 juin 2009

dosssuperbio.jpg

Lu  sur  www.terra-economica.info

Le bio prend ses aises dans les étals de marchés et de supermarchés. Pourtant, dans nos Caddies, il reste réduit à la portion congrue. La faute à son prix élevé, selon 75% des Français. « Terra eco » a pris son cabas et sa calculette, mais est allé voir plus loin que les étiquettes.   Et si c’était LA bonne résolution de l’été ? Non, pas se mettre au régime ! Mais simplement manger bio ! Lançons-nous. Tentons de remplir nos Caddies de tomates, de viande ou de vins certifiés AB, Nature et Progrès ou Demeter. On s’aperçoit vite que l’argument des produits bio introuvables ne tient plus. Scrutez votre grande surface : « Pendant longtemps, on ne trouvait le bio que perdu au milieu des soupes diététiques et des biscuits aux germes de sésame », explique Brigitte Brunel Marmone, de la chaîne La Vie claire. 

Désormais, le choix est vaste. Monoprix propose 730 références bio alimentaires, 14 dans les cosmétiques et 150 dans le textile. Une offre sensiblement équivalente à celle de Carrefour ou de Casino. Si vous préférez les boutiques spécialisées, il en existe de plus en plus : Biocoop compte 313 magasins ou la Vie claire, 185. Sans oublier les 700 Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap), ces groupes de consommateurs qui pré-paient à des fermiers leur production, laquelle est livrée sous forme de paniers, souvent bio.

Lire la suite… »

Publié dans Ecologie | 2 Commentaires »

LA BOTTE SECRETE DE LA GAUCHE

Posté par Tehonovahine le 4 mai 2009

debora.jpg

 La gauche en Italie préfère une femme…bravissimo! Article lu dans ELLE.11 AVRIL 2009 

 L’Italie vibre pour le fabuleux destin de Debora Serracchiani ! Cette jolie brunette de 38 ans, avocate, conseillère provinciale et responsable locale du Parti démocrate (PD, centre-gauche) d’Udine, vient d’être propulsée candidate aux européennes, après une déclaration qui a enflammé le Web. Frange et visage enfantin – ce qui lui vaut une comparaison avec Amélie Poulain -, Debora, jusqu’alors inconnue, a prononcé ce discours électrisant le 21 mars, lors d’une assemblée du Parti démocrate. Une allocution de 12 minutes où, sur un ton ferme et malicieux, elle n’a épargné personne. « Nos dirigeants sont incapables d’avoir une ligne unique », a-t-elle lancé, face aux boss du PD, avant de descendre la politique de Silvio Berlusconi. Elle a été acclamée par la foule et le buzz a pris sur le Net. Son intervention a été vue des milliers de fois et les groupes de fans se sont multipliés sur Facebook. La gauche, en crise après la démission de son patron Walter Veltroni et écrasée par la popularité du Cavaliere, a vite réagi, annonçant la candidature de cette toute nouvelle icône aux élections du mois de juin. « Il y avait besoin de combler un vide », a simplement commenté Debora, étonnée par son succès.        J.A. 

Publié dans Politique | Pas de Commentaire »

Pourquoi on n’aime pas lire

Posté par Tehonovahine le 19 avril 2009

lire.jpg« Mettez des livres partout», disait Victor Hugo. Forte de ce précepte, Danièle Sallenave raconte dans son livre sa plongée dans un collège de ZEP Sans complaisance.U n anti-« Entre les murs »…

Article lu dans Marianne  sous la plume de NATACHA POLONY 

C’est l’histoire d’une rencontre. Une rencontre entre un écrivain, professeur d’université, et des élèves de troisième d’un collège de Toulon. Un de ces collèges de zone d’éducation prioritaire sélectionnés comme ceux qui ont, plus que les autres, besoin de moyens et d’efforts, et que le ministère a rebaptisés « ambition réussite », entre le slogan publicitaire et le vceu pieux. Et l’ambition première, celle qui a présidé à ce rendez-vous à la fois fugace et profond, est celle de faire lire. Amener devant ces enfants des cités des écrivains vivants pour les rapprocher un peu de ces objets étranges, les livres, et de cette pratique pour eux si violente, la lecture. « Nous, on n’aime pas lire », Danièle Sallenave a choisi cette phrase en forme de provocation calme, de constat implacable, comme titre d’un ouvrage* qui tient à la fois du récit et de la méditation. Et l’écrivain, parfaitement imprégnée de cette culture écrite, soudain, se voit contrainte d’interroger les évidences, de remettre en cause jusqu’à cette certitude première : il faut faire lire les jeunes.

Avec la même humilité qui l’habitait, on le comprend, quand elle est descendue en gare de Toulon pour découvrir l’établissement scolaire auquel elle était « affectée », Danièle Sallenave rappelle les anecdotes, les remarques de ces gamins pleins de vie, mais à la vie si dure. Sans a priori, sans préjugés, elle a affronté ces trois rencontres, de février à juin, et les interrogations des élèves, leurs regards, leur créativité, cette connivence qui s’installe, ou, pour certains (pas la majorité), ce rejet silencieux. Et, partant de courts extraits des saynètes rédigées par eux à partir d’une de ses pièces de théâtre, elle se confronte à la réalité de l’échec scolaire, au vocabulaire si plein de bonnes intentions qui l’accompagne, à ce moralisme omniprésent et qui passe à côté de tout. A travers le prisme de la lecture, elle tente de comprendre ce qui se joue (ou ne se joue plus) à l’école.

Lire la suite… »

Publié dans Education | Pas de Commentaire »

« Michelle Obama, First Lady »

Posté par Tehonovahine le 14 mars 2009

indexpeoplemagazine368446.jpg Ayant retrouvé internet, je peux à nouveau vous faire part de mes lectures. Voici ce que j’ai lu dans ‘Le journal des femmes  » sur le net, à propos de Madame Obama.

La rencontre de Barack Obama 

Après une enfance dans les quartiers noirs et modestes de Chicago, Michelle Robinson commence son ascension en 1988 par un diplôme de la prestigieuse université de Princeton, dans le New Jersey. C’est dans le cabinet d’avocat d’affaire, Sidley & Austin, où elle décroche son premier job, qu’elle verra un jour débarquer Barack Obama. Et la première rencontre est loin de ressembler au coup de foudre…

Martha Minow, professeur de droit à Harvard, confia à son père, Newton Minow, principal associé à Sidley & Austin, que Barack était sans doute l’étudiant le plus doué qu’elle eût jamais eu. Michelle en entendit parler et trouva cela plutôt agaçant ; selon elle, les gens s’émerveillaient évidemment de ce qu’un Noir puisse s’exprimer correctement et se montrer aussi compétent. En entendant son nom et en apprenant qu’il avait été élevé à Hawaii, elle avouera plus tard qu’elle s’attendait qu’il soit « ringard, bizarre et peu engageant », et qu’elle avait résolu de le trouver antipathique. « Il paraissait du genre trop poli pour être honnête, confia-t-elle au journaliste du Chicago Tribune, David Mendell, lors d’un entretien qu’elle lui accorda quand il écrivait sa biographie de Barack Obama, Obama : « From Promise to Power ».

J’étais déjà sortie avec des Noirs précédés par une réputation similaire, et je me suis dit que c’était encore un de ces beaux parleurs qui avaient le chic pour embobiner les gens. Et puis nous avons déjeuné ensemble. Il portait un vilain veston et une cigarette accrochée au coin de la bouche, et j’ai pensé : « C’est reparti – un beau mec, baratineur, je connais ça par coeur. » Craig [son frère] a mentionné bien des fois les critères très élevés de Michelle lorsqu’il s’agissait de choisir un petit ami, et des obstacles que les prétendants éventuels devaient franchir. » Elle rencontrait des types, sortait avec une fois ou deux, et en restait là. » 

Lire la suite… »

Publié dans La vie des autres | Pas de Commentaire »

Obama-Royal : les faits sont tétus …

Posté par Tehonovahine le 21 janvier 2009

 Me voici de retour après une assez longue absence due à notre déménagement vers une île paradisiaque de polynésie où je n’avais pas internet. voilà c’est chose faite grâce à une clé USB et mon téléphone portable, c’est magique je suis connectée au bout du bout du monde. Et j’ai lu ce matin dans Le Post l’article suivant écrit par Richard Trois.

« Oui, j’ai inspiré Obama », partout la presse en ligne reprend ces mots de Ségolène Royal prononcé à Washington DC.  Mais sans jamais interroger le fond de la question : Y-a-t-il oui ou non une proximité idéologique et/ou une proximité de méthode démocratique entre Barack Obama et Ségolène Royal ? 

La réponse est simple: 

Oui, Obama et Royal partagent une même vision de la façon de faire de la politique. Barack Obama comme Ségolène Royal met la participation des citoyens au coeur de son engagement politique et démocratique.  Tous deux pensent, qu’au 21ème siècle, on ne fait pas campagne et on ne gouverne pas sur un mode caporal à la Nicolas Sarkozy, surtout si on veut profondément changer la société. 

D’ailleurs aujourd’hui en lançant  le nouveau site whitehouse.gov, Macon Phillips, directeur des nouveaux médias de la Maison Blanche a  que la communication de la Maison Blanche via les nouveaux médias serait axée sur la « communication », la « transparence » et la « participation ». 

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 2 Commentaires »

Touche pas à mon école ! Trois pétitions à signer.

Posté par Tehonovahine le 1 décembre 2008

41wm4nmzcnlss500.jpg1-Sauvons les rased

 http://www.programmesecoleprimairecopiearevoir.org/index.php?petition=4&signe=oui


 3000 professionnels de RASED supprimés
des milliers d’élèves en difficulté sur le carreau !
Non à la suppression pure et simple de 3000 professionnels (postes E et G) des Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté !
Cette mesure va priver des dizaines de milliers d’élèves des aides spécialisées, qui ne couvriraient plus tout le territoire, et conduira à terme à la suppression des RASED.
La brutalité de cette décision vient souligner la contradiction d’une politique ministérielle qui prétend faire de la lutte contre l’échec scolaire une « priorité. » La mise en place des deux heures d’ « aide personnalisée » ne peut se substituer au travail effectué dans le cadre des Réseaux d’Aides, qui ont été créés pour répondre aux besoins particuliers des élèves en difficulté. Nous exigeons le maintien des aides spécialisées proposées par le dispositif des RASED et ses trois catégories de professionnels titulaires de diplômes spécifiques (maître E, rééducateur et psychologue de l’éducation nationale)
Nous exigeons l’abandon de la suppression des 3000 postes.

Lire la suite… »

Publié dans Education | Pas de Commentaire »

123456...13
 

Saint-Michel les Portes |
loi malraux versailles |
Projet Eco-citoyen - CIFA T... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pyramidemaslow
| Mairie de Grépiac
| miloudmedj